ActualitéSociété

Les performances de la Côte d’Ivoire en matière de lutte contre la corruption

Les performances de la Côte d’Ivoire en matière de lutte contre la corruption sont expliquées mardi, aux médias, au cours d’une conférence de presse, animée par le directeur de cabinet de la Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG), Bakari Traoré.

Il disait alors:

Sur la période de 2013 à 2018, notre pays a réalisé de très belles performances puisqu’il est classé par Transparency International parmi les trois pays qui ont réalisé les meilleurs progrès au monde, avec plus de huit points. Depuis 2012, seuls 20 pays, dont l’Estonie et la Côte d’Ivoire, ont considérablement amélioré leur score.

Voir aip.ci

Pourtant, à l’étude de la 10ème édition du baromètre mondial de la corruption, nous ne pouvons nous empêcher de nous poser des questions.

En effet, la 10édition du Baromètre mondial de la corruption – Afrique révèle que la plupart des Africains pensent que la corruption a augmenté dans leur pays, mais aussi que la majorité d’entre eux s’estiment capables, en tant que citoyens, de changer la donne dans la lutte contre la corruption.

BAROMÈTRE MONDIAL DE LA CORRUPTION 10ème ÉDITION AFRIQUE 2019

baromètre mondial de corruption

Réalisé en partenariat avec l’Afrobaromètre et Omega Research, le Baromètre mondial de la corruption est l’enquête la plus vaste et la plus détaillée sur l’opinion que les citoyens africains ont de la corruption et sur leur expérience directe de la pratique des pots-de-vin.

Le rapport présente les points de vue de plus de 47 000 citoyens de 35 pays africains.

CÔTE D’IVOIRE :

  • 40% de la population pensent que la corruption à augmenté dans les 12 mois précédents.
  • 34% des utilisateurs du service public ont payé un pot-de-vin dans les 12 mois précédents.

  • 58% pensent que leur gouvernement ne lutte pas efficacement contre la corruption.

  • 55% pensent que les citoyens ordinaires peuvent faire la différence dans la lutte contre la corruption.

Taux de corruption

*Basé sur les personnes qui ont utilisé ces services publics au cours des 12 derniers mois.

La 10ème Edition du baromètre mondial de corruption, nous donne l’évolution du taux de corruption de 2015 à 2019 en Côte d’Ivoire.

De manière global, en 2015, il est de 34% et en 2019 toujours de 34%.

Dans les écoles publiques, il est en 2015, de 17% tandis qu’en 2019, il augmente à 18%.

Tandis que dans les Cliniques publiques et centres de santé, en 2015, ce même taux est de 18% et baisse à 16% en 2019.

Et en ce qui concerne les services publics, en 2015, le taux de corruption est de 13% et atteint 20% en 2019.

Et la plus grande augmentation concerne les services de police, où en 2015, le taux de corruption était de 26% et en 2019 est de 43%.

CORRUPTION PAR INSTITUTION

*Pourcentage qui pensent que la plupart ou la totalité des personnes dans ces institutions sont corrompues.

En ce qui concerne le Président / Premier ministre, en 2015, 24% le pensent et en 2019, 27%.

Pour les membres du parlement, en 2015, 24% les pensaient corrompues et en 2019, 30% le pensent.

Quant aux représentants du gouvernement, en 2015, 29% les pensaient corrompues contre 33% en 2019.

Mais concernant la Police de 2015 à 2019, toujours 49% de la population les pensent corrompues.

Par contre, on obseerve une baisse du nombre de personne qui pensent que les Juges et magistrats sont corrompues de 2015 à 2019, qui passe de 35% en 2015 à 31% en 2019.

Et, seulement 8% de la population pensent que les Chefs religieux sont corrompues en 2015, et en 2019, tout juste 13% le pensent.

En général, on constate un fort taux de personnes qui pensent que l’ont peut mieux faire en matière de lutte contre la corruption, même si ce taux, ne dépasse pas les 50% dans certains secteurs.

QUI VERSE DES POTS-DE-VIN ?

Tout le monde n’est pas égal en matière de pots-de-vin.

Les plus pauvres sont plus touchés que les plus riches, et souvent privés d’un accès essentiel:

  • Aux services de santé,
  • A l’éducation
  • Et aux protections juridiques, avec des conséquences désastreuses.

Les jeunes de 18 à 34 ans sont plus susceptibles de devoir verser des pots-de-vin que les plus de 55 ans.

Cela étant, les citoyens Ivoiriens pensent que le changement est possible.

Une personne ordinaire peut-elle faire la différence dans la lutte contre la corruption?

A cette question, 55% des ivoiriens on répondu Oui, et 33% on répondu Non. Prenons en compte les 5% qui on répondus Ni oui, ni non,et les 7% qui ont refusé de répondre.

 

Baromètre mondial de corruption Afrique 2019
Télécharger le PDF
Commentaires (Facebook)
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer