ActualitéEnvironnement

Côte d’Ivoire: Des « stress hydriques » enregistrés dans l’Est et le Centre du pays en 2017

Des « stress hydriques » ont été enregistrés dans l’Est et le Centre ivoirien en 2017, selon une analyse agrométéorologique de la saison culturale allant de mars à septembre, réalisée par la Sodexam sur l' »Etat du climat de l’année 2017 en Côte d’Ivoire » dont abidjanpress.com a reçu copie.
« L’analyse agrométéorologique de la saison culturale allant de mars à septembre indique que les cultures ont connu des stress hydriques notamment dans les localités de l’Est et du Centre » du pays, selon une étude de la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique  (Sodexam, publique).
Dans cette étude qui retrace l’état du climat en Côte d’Ivoire, de janvier à septembre 2017, il ressort qu’au niveau des températures moyennes, cette période a enregistré 27,2 degré celcius contre 25,8 degré celcius pour la période de référence 1961-1990, soit une hausse de +1,4 degré celcius.
Le cumul pluviométrique moyen dans le Centre de la Côte d’Ivoire, allant de janvier à septembre 2017, a été de 955,7 mm, en baisse de -10% par rapport à la période de référence 1981-2010 (1060 mm). La pluviométrie a été déficitaire de -4% en 2016 sur la même période.
Au niveau saisonnier, une « baisse générale de -13% » a été relevée de janvier à avril 2017, de -16% entre avril et juillet puis de -12% entre juillet et septembre », mentionne les données relevées par la Sodexam.
A Bondoukou, dans l’Est ivoirien, le cumul pluviométrique, de janvier à septembre 2017, a été de 655,8 mm contre 922,5 mm pour la période de référence 1981-2010. À Bouaké  (centre), le cumul pluviométrique, de janvier à septembre, s’est établi à 858 mm contre 832 mm pour cette période de référence.
Concernant la saison agricole 2017, « les dates de début ont été normales à tardives dans les régions du Nord, de l’Est et de l’Ouest de la Côte d’Ivoire », tandis que « dans le Centre et le Sud du pays, les dates de début ont été précoces à normales », poursuit l’étude.
« En plus de la baisse de la pluie, l’on note également une mauvaise répartition de la pluviométrie » qui ont fait que « plusieurs régions ont connu au moins deux épisodes secs de plus de trois semaines entre mars et septembre 2017 », selon les données pluviométriques.
La saison des pluies de l’année 2017 à enregistré des périodes de fortes averses qui ont occasionné par ailleurs des inondations aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays.
Dans la capitale économique ivoirienne, les fortes pluies des mois de mai et juin ont provoqué des inondations dans des quartiers de Cocody, Yopougon et Koumassi, occasionnant « des pertes en vies humaines, des déplacés et des maisons détruites ».
A l’intérieur du pays, notamment à San-Pedro (sud-ouest), les pluies du 11 et 12 juin 2017 ont occasionné la rupture de deux ponts, des routes coupées et la destruction des maisons de 102 familles, ainsi que des plantations de cacao inondées.
ALL
Commentaires (Facebook)
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer