ActualitéEconomieFlash-infoSport

Interview avec Dazi Kouassi (PDT FIVT):  » Avec les moyens, nous visons l’international cette saison »

Abidjan, le 16 mai 2024(Abidjanpress)-Après une belle saison écoulée fort riche en évènements et en exploits retentissants, la Fédération ivoirienne de tchouk-ball avec à sa tête Dazi Conet Théodore KOUASSI s’élance pour un nouvel exercice. Et cette année, les tchoukeurs rêvent de la scène internationale. Dans cet entretien exclusif, le patron du tchoukball en Côte-d’Ivoire dévoile les grands chantiers ,ses grandes attentes et son rêve pour cette discipline.

Quel bilan faites-vous au soir de la saison écoulée ?

Nous nous félicitons de la création d’une ligue et de la naissance de trois nouveaux clubs à Dabou.Dabou devient aujourd’hui une ligue.C’est formidable car la famille s’agrandit.L’excellent travail abattu par le comité Directeur a permis à ce que la fédération obtienne l’agrément du ministère des sports cette année. Et c’est une grosse satisfaction pour nous .Nous essayons tant bien que mal de nous implanter partout sur toute l’étendue du territoire national. Actuellement nous sommes à Abidjan, Dabou et Yamoussoukro ,Yaou ,Bonoua mais nous voulons ratisser large avec des clubs à Abengourou, Bouaké, Daloa et bien d’autres villes du pays cette nouvelle saison.Et ce projet nous tient à coeur .

https://abidjanpress.com/tchouk-ball-ago-de-gros-exploits-realises/

Avec cet agrément ,c’est forcément de nouveaux challenges pour vous ?

Oui ce sont de nouveaux défis parceque maintenant, nous envisageons prendre part aux compétitions internationales pour représenter dignement la Côte-d’Ivoire .Parce que c’est tout ce qu’il nous manque .Car nous avons fait tout le travail au niveau local. Nous avons donc de grands talents qui peuvent valablement defendre les couleurs ivoiriennes. Notre grand chantier cette saison c’est de prendre part aux compétitions internationales sans toutefois oublier le travail au plan local.

Quelles seront les grandes lignes du nouvel exercice en terme de compétitions ?

Pour ce nouvel exercice ,nous avons changé notre méthode de travail. Nous allons faire les compétitions de zones qu’on appelle les compétitions de ligue pour limiter nos dépenses et travailler plus efficacement. C’est-à-dire la Ligue de Dabou va organiser ses compétitions et le meilleur rejoindra Abidjan pour la finale. Il en va de même pour la ligue de Yaou.Quant à Abidjan, les deux Ligues c’est-à-dire Abidjan nord et sud se regrouperont pour une compétition et le meilleur retrouvera les deux autres issus Dabou et Yaou.La nouveauté cette saison, c’est le démarrage du championnat jeunes pour inciter les plus petits à s’intéresser au Tchouk-ball. Il sera initié et fixé avec une date qui ne changera jamais. Chaque année, on aura ce championnat jeunes à cette même date. Cette stratégie vise à permettre aux enfants de s’approprier ce sport et se préparer pour leur compétition spéciale. Je crois que cela attirera davantage d’adhérents au Tchouk-ball.

Quelles sont les véritables contraintes de la FIVT?

Les contraintes se situent au niveau du matériel. Tout ce que nous sollicitons auprès notre tutelle à côté des moyens financiers qui sont indéniables dans la vie d’une fédération ,c’est le matériel. Ces sont les matériels qui nous permettront de développer véritablement notre discipline. Si le ministère des sports et du cadre nous accorde les moyens financiers et le matériel, nous irons plus vite et developperons rapidement notre discipline. Le retard que nous accusons actuellement est dû au manque de moyens financiers. Nous avons de bons résultats avec le peu de moyens dont nous disposons.Si nous avons l’appui financier surtout technique et matériel ,nous irons vite et ferons connaître ce sport partout en Côte-d’Ivoire.

Croyez-vous en l’avenir du tchouk-ball en Côte-d’Ivoire ?

Oui j’y crois fortement. Car le Tchouk-ball est un sport d’avenir.Il est très simple à pratiquer et il intéresse tout de suite la population et les enfants. C’est un sport qui s’insère et est pratiqué par tout le monde.Les hommes et femmes trouvent leur compte.Pareil pour les enfants et les personnes âgées. Le Tchouk-ball se pratique sur toutes les surfaces et donc s’adapte à tout le monde.Il est un sport d’avenir car il se développe rapidement. Sauf que pour le moment nous ne disposons pas encore d’assez de moyens pour repandre ce sport partout en Côte-d’Ivoire.

À propos de moyens financiers, l’agrément vous permettra t-il de bénéficier de tous les privilèges comme les autres fédérations ?

Avec l’agrément, nous aurons désormais le soutien de la tutelle. Nous sommes reconnu par le ministère donc en fonction de notre travail et de l’évaluation que le ministère fera ,nous pouvons espérer le soutien de notre ministère.

En tant que fondateur et 1er président de la fédération ivoirienne de tchouk-ball quel est votre plus grand rêve pour ce sport?

Je souhaite déjà que les ivoiriens s’approprient ce sport.Car c’est un qui a été fondé pour limiter les blessures,protéger l’intégrité physique des pratiquants. Avec ce sport ,on n’expose pas les enfants aux blessures. Le Tchouk-ball est également truffé de valeurs. Ici c’est la cohésion sociale qui prime.On ne défend pas sur l’athlète. On joue que le ballon.C’est un vrai sport de rassemblement avec plusieurs autres valeurs comme le Fair-play. Je rêve qu’un jour le Tchouk-ball devienne le sport roi en Côte-d’Ivoire. C’est mon plus grand rêve. Je veux que notre fédération soit conduite par des personnes passionnées et généreuses dans les efforts.Je ne veux que ce soit des personnes qui viendront juste faire du business. Je veux que ce soit des anciens pratiquants qui aiment véritablement ce sport.Et qui ont envie de voir le Tchouk-ball briller en Côte-d’Ivoire.

Vous rêvez forcément de sacres n’est-ce pas ?

Un jour ,nous voulons voir la Côte-d’Ivoire championne d’Afrique et du monde pourquoi pas! En tout cas,c’est notre rêve et on espère que la tutelle nous aidera à le réaliser. Nous n’attendons que les moyens .Sinon il y a des équipes déjà prêtes.Nous voulons avoir la possibilité de faire des compétitions internationales pour mettre en lumière le talent de nos athlètes qui sont déjà prêts à représenter dignement la Côte-d’Ivoire.

Où et quand se tiendra la première compétition de la saison?

Elle est prévue ce 18 mai à Dabou.Ce sera la 1ère journée du championnat national de tchouk-ball saison 2023-2024.Ce sera au complexe sportif de Dabou.

Propos receuillis par Michaël KOUAKOU

Commentaires (Facebook)
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page