ActualitéEconomieFlash-infoInternational

Actualités et événements / L’Afrique offre des opportunités d’investissement attrayantes pour les entreprises japonaises, affirment les dirigeants de la Banque africaine de développement

Abidjan, le 26 juin 2024(BAD)-L’Afrique constitue une destination attrayante pour les investissements des entreprises japonaises, grâce à son potentiel de croissance élevé et au solide soutien de la Banque africaine de développement en matière de gestion des risques, ont souligné les dirigeants du Groupe de la Banque africaine de développement lors du Forum des affaires Japon-Afrique à Tokyo.

« L’Afrique offre d’énormes possibilités au secteur privé. Le continent offre des rendements parmi les plus élevés au monde » a déclaré Kevin Chika Urama, économiste en chef et vice-président du Groupe de la Banque chargé de la Gouvernance économique et de la gestion des connaissances. Il a souligné l’abondant potentiel de l’Afrique en matière d’énergies renouvelables, et la nécessité d’investissements stratégiques dans les minéraux verts et la création de valeur ajoutée. « Les investissements intelligents en Afrique sont une bonne affaire — faire une bonne affaire en faisant une bonne action », a-t-il souligné.

L’Afrique offre des rendements parmi les plus élevés au monde, a déclaré l’économiste en chef et vice-président du Groupe de la Banque chargé de la Gouvernance économique et de la gestion des connaissances, Kevin Urama devant les participants au forum.
Le vice-président chargé de l’Électricité, de l’énergie, du climat et de la croissance verte, Kevin Kariuki, a souligné l’avantage concurrentiel du Japon en matière de technologie géothermique. « 90 % de toutes les turbines installées au Kenya proviennent du Japon, principalement de chez Mitsubishi », a-t-il fait remarquer. M. Kariuki a également présenté l’Afrique comme une solution aux défis énergétiques de l’Europe, avec des interconnexions prévues pour exporter de l’électricité et de l’hydrogène.

Le forum était organisé par la Banque africaine de développement et Keizai Doyukai, l’Association japonaise des dirigeants d’entreprise, avec le soutien du ministère japonais des Finances.

Les dirigeants de la Banque ont souligné l’engagement de l’institution à rendre l’investissement en Afrique plus attractif. « Nous disposons de facilités au sein de la Banque pour essayer de dérisquer ces projets », a déclaré M. Kariuki, citant le soutien du Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA) aux projets solaires de Kom Ombo et de Kairouan dans un contexte d’escalade des coûts.

Le vice-président chargé de l’Électricité, de l’énergie, du climat et de la croissance verte, Kevin Kariuki (à droite), a déclaré que le Japon possèdait un avantage concurrentiel dans le domaine de la technologie géothermique.
Kazuko Nagura, du ministère japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI), a annoncé la tenue du troisième Forum économique public-privé Japon-Afrique dans le courant de l’année. Cet événement offrira aux entreprises japonaises l’occasion de se rendre en Afrique pour entreprendre des activités de développement commercial et de réseautage. M. Nagura a également fait mention des efforts déployés par le ministère pour soutenir les entreprises japonaises en Afrique, tels que le programme AfDX et l’Expo 2025 Osaka, Kansai, prévue pour l’année prochaine.

Au cours d’une table ronde sur l’investissement dans les start-ups africaines, Solomon Quaynor, vice-président chargé du Secteur privé, de l’infrastructure et de l’industrialisation, a souligné le potentiel de la quatrième révolution industrielle (4IR) pour stimuler l’amélioration de la productivité et fournir des services à la base de la pyramide. « L’idée est d’utiliser la technologie pour augmenter la rentabilité grâce à l’efficacité, afin de fournir une valeur pour laquelle tous les segments de la société paient », a-t-il expliqué.

M. Quaynor a souligné les initiatives de la Banque visant à développer le capital humain et l’écosystème des start-ups en Afrique, notamment les partenariats avec des géants de la technologie : « Nous avons un programme avec Intel pour former neuf millions d’Africains à l’intelligence artificielle et un programme de codage pour l’emploi pour améliorer les compétences de 50 millions de jeunes. » Il a ajouté que les Banques d’investissement pour l’entrepreneuriat des jeunes (YEIB) soutiendront davantage les entreprises technologiques et renforceront la collaboration avec &Capital, un nouveau fonds d’impact axé sur l’Afrique et soutenu par Keizai Doyukai.

Misako Takahashi, directrice générale adjointe du Bureau des affaires africaines et du Moyen-Orient au ministère japonais des Affaires étrangères, a souligné que la TICAD était une plateforme de création conjointe de solutions innovantes pour la croissance et de discussion sur l’avenir commun du Japon et de l’Afrique.

Yacine Fal, représentante spéciale du président de la Banque africaine de développement auprès de l’Africa Investment Forum (Forum pour l’investissement en Afrique), a présenté le rôle de la plateforme en tant que premier canal d’investissement dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, des transports, des soins de santé et des TIC en Afrique, entre autres. Elle a souligné la participation réussie d’investisseurs et de chefs d’entreprise japonais, y compris ceux de Keizai Doyukai, aux Market Days 2023 de l’Africa Investment Forum qui se sont tenus à Marrakech en novembre dernier.

Plus tôt dans la journée, Keizai Doyukai et la Banque africaine de développement ont réaffirmé leur engagement à travailler ensemble pour renforcer les liens commerciaux entre le Japon et les pays africains. Les deux institutions ont organisé conjointement ce forum d’affaires afin de stimuler l’intérêt pour les affaires en Afrique et promouvoir une meilleure compréhension du secteur privé japonais en amont de la TICAD9.

Japan-Africa Business Forum 2024

Commentaires (Facebook)
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page