ActualitéEconomieEmploi et CarrièresFlash-infoSociété

Côte d’Ivoire : Les dockers d’Abidjan et de San Pedro menacent d’entrer en grève

Abidjan, le 24 juin 2024(Abidjanpress)-Les dockers des ports d’Abidjan et de San Pedro ont lancé un avertissement sévère, menaçant d’entrer en grève si leurs revendications ne sont pas satisfaites dans les plus brefs délais. Une annonce faite lors d’une conférence de presse organisée le samedi 22 juin 2024, au siège de la Centrale Humanisme à Adjamé Williamsville.Ils ont exprimé leurs frustrations et leurs revendications.

Les représentants des syndicats des dockers ont exprimé leur frustration face à des conditions de travail qu’ils jugent de plus en plus précaires. Parmi les revendications principales figurent une augmentation des salaires, l’amélioration des conditions de sécurité et de santé au travail, ainsi que la régularisation des contrats de nombreux travailleurs précaires.

‘’En effet, depuis le début de cette année, précisément le jeudi 24 janvier 2024, le SEMPA a décidé de la mise en application de l’ordonnance numéro 023-719 du 13 septembre 2023 portant réforme des Impôts sur les traitements, salaires, pensions et rentes viagères à la charge des salariés (…) Une ordonnance du Chef de l’Etat, SEM Alassane Ouattara, qui vise à favoriser les travailleurs et travailleuses du secteur public ou privé ayant un faible revenu…Malheureusement, pour les Dockers, cela n’est pas le cas dans la mesure où plus de 90% de l’effectif est occasionnel’’, a déclaré Kobena Carlos.

Le SEMPA a commencé à appliquer l’ordonnance numéro 023-719 du 13 septembre 2023, initiée par le Chef de l’État, Alassane Ouattara, visant à réformer les impôts sur les traitements, salaires, pensions et rentes viagères pour les salariés à faibles revenus. Cette réforme devait, en théorie, bénéficier aux travailleurs des secteurs public et privé. Cependant, les dockers, en majorité des travailleurs occasionnels (plus de 90 % de l’effectif), estiment que cette réforme est défavorable pour eux.

Cette situation met en lumière les tensions croissantes entre les travailleurs et les autorités dans un contexte économique déjà fragile. Si aucune solution n’est trouvée rapidement, les ports d’Abidjan et de San Pedro pourraient connaître une paralysie qui aurait des répercussions bien au-delà des frontières de la Côte d’Ivoire.

Charles Succès

Commentaires (Facebook)
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page