ActualitéPolitique

CPI: « J’ai lutté de toutes mes forces pour ne pas que le président Gbagbo soit jugé ici», affirme Philippe Mangou

Jeudi 5 octobre 2017- L’ex-chef d’état-major des armées ivoiriennes, Philippe Mangou,  a affirmé jeudi,  devant la Cour pénale internationale ( CPI) « avoir lutté de toutes ses forces pour ne pas le président Gbagbo soit  jugé à la CPI».

« Je suis reconnaissant à ce qu’à fait le président Gbagbo pour moi. C’est pourquoi j’ai lutté de toutes mes forces pour qu’aujourd’hui on ne le voit pas assis ici. Ce n’est pas sa place», a estimé M. Mangou qui comparaît devant ladite juridiction,  depuis plus d’une semaine,  en qualité de témoin à charge dans le cadre du  procès conjoint de l’ancien président ivoirien,  Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé.

Auparavant,  l’ex-patron de l’armée ivoirienne a été confronté par  Me Claver N’Dri ( avocat de Blé Goudé),  à une série de vidéos datant de la crise post-électorale  ivoirienne dans lesquelles il confirmait notamment,  la victoire de M. Gbagbo à la présidentielle ivoirienne de novembre 2010.

« Pour tout militaire,  la boussole après des élections,  ce sont les institutions de la république à condition que ces institutions soient fortes et crédibles. Je tiens à faire cette précision parce que nous avons été induits en erreur par l’institution à laquelle nous croyions », a  soutenu le général Mangou pour justifier ses affirmations d’alors.

Dans un autre registre,  notamment sur la question des actions du « commando invisible» de la commune d’Abobo pendant la crise postélectorale ivoirienne de 2010,  le témoin a révélé que ledit groupe armé effectuait par moment des tirs de mortiers.

« Nos hommes ont essuyé des tirs au mortier à Abobo», a-t-il affirmé. Après l’accusation qui a clos son audition du témoin la semaine dernière,  les avocats de défense ont, à leur tour, refermé ce jour, leur contre-interrogatoire.  La comparution de M. Mangou à la CPI, a annoncé à la mi-journée, le juge-président de la chambre,  « pourrait prendre fin ce jour».

Poursuivis pour quatre chefs de crimes contre l’humanité commis pendant la crise postélectorale ivoirienne de décembre 2010 à avril 2011, Laurent Gbagbo et son « ex-bras droit», sont respectivement détenus au pénitencier de la Haye depuis novembre 2011 et mars 2014. Le procès conjoint des deux hommes s’est ouvert en janvier 2016.

L.Barro 

Commentaires (Facebook)
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page